[Débutant] TPE PME – Comprendre les formats d’images numériques

Partager l'article
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C’est assez difficile pour une TPE et même une PME de faire un tri dans tous les formats d’images existants. Je ne suis pas électricien, donc les ampères, les watts, les volts et tout ce qui gravite autour, en toute franchise, je n’y connais rien. J’ai dû survoler un ou deux cours là-dessus en physique au lycée mais rien n’y fait, je n’y comprends rien. Dans le graphisme visuel, c’est la même chose. Un électricien ne doit surement pas connaître la différence entre un JPG et un PNG, un AI ou un PSD, ou un PDF et un TIFF. Impossible de connaître tous les formats d’images numériques qui existent sur la planète. Je vais vous recenser les plus importants.

Quelques généralités

Sur internet le poids d’une image est essentiel. Plus il est faible, mieux c’est. Il impacte directement sa rapidité d’affichage. À l’heure où un internaute passe 3 à 8 secondes sur une page, cette rapidité est vitale, l’image doit donc être compressée. Elle est souvent réduite à nouveau une fois envoyée sur Facebook, Twitter ou un autre réseau social, pour une meilleure optimisation, et par conséquent une perte significative de résolution, mais sur un écran cette compression est pratiquement invisible.
Ce qui est valable dans un sens, ne l’est pas forcément dans l’autre ! Une image compactée, réduite à son minimum ne peut plus retrouver sa qualité initiale.

Vous ne pouvez donc pas réutiliser vos photos transférées sur Facebook pour un flyer !

L’explication est simple : un écran utilise une définition de 72 dpi, les images sont adaptées en conséquence. Quand elles sont mises en ligne, elles sont optimisées au maximum. Par contre, les imprimeurs utilisent une définition 4 fois supérieures : soit 300 dpi. Et agrandir une image détériorée de 4 fois sa taille, ce n’est pas une bonne idée. Impossible de faire réapparaître toutes ces pertes. Je rappelle que le JPEG est un format destructif. L’image sera pixelisée, floue, irrécupérable, et inutilisable…

Première partie : les formats d’images pour Internet

Le JPEG (Joint Photographic Experts Group)

Le JPEG (ou jpg) est un format numérique que tout le monde connaît. Il est majoritairement exploité sur internet, de même que le GIF et le PNG. Comme tout format dédié à internet, il est destructif, Il va donc supprimer des données ou des couleurs pour réduire le poids  de l’image tout en lui conservant un aspect visuel correct. On le retrouve également dans les appareils photos numériques qui compensent sa faible résolution (72dpi) par une taille importante de son format : environ 4000 pixels* de large. Les détails d’une photographie camouflent cette légère perte de qualité et rendent le poids des photos plus faible pour optimiser le stockage.

*Qu’est ce que le pixel : c‘est une matrice de points qu’on peut voir en zoomant dans une image sur un écran.

Avantages et inconvénients du JPEG

InternetImprimerie
AvantagesInconvénientsAvantagesInconvénients
Bon ratio poids/qualitéFormat destructifPoids plus légerNe pas prendre de JPG issu du Net
Format adapté aux écransDétérioration à chaque enregistrementUtilisation généraliséeRisque d'impression de mauvaise qualité
Format visionnable sur tout supportFormat standard sur les appareils photo numériques

Le GIF (Graphics Interchange Format)

Le GIF est le deuxième format le plus connu sur internet. Son utilisation est limitée par une palette de 256 couleurs. En contrepartie, il offre la possibilité de stocker plusieurs images en un seul format. Ce qui crée des GIF animés. Contrairement au JPEG, ce format gère la transparence des arrières plans, mais son gros inconvénient reste la qualité de l’image très faible pour un poids malgré tout assez conséquent.
En effet, le GIF gère assez mal la compression et compense avec une palette de couleurs réduite : au choix : 2, 8, 16, 32, 64 ou 256 couleurs. L’image est segmentée et semble hachée, sans aucun lissage lors d’un dégradé par exemple.

Avantages et inconvénients du GIF

InternetImprimerie
AvantagesInconvénientsAvantagesInconvénients
AnimationPauvre qualité d'imageaucunFormat uniquement pour le Web
Gestion des transparences256 couleurs maximumQualité d'image très détériorée
Poids important

Le PNG (Portable Network Graphics)

Le png est beaucoup moins répandu sur le net que le JPG et le GIF. Son principal avantage est de mieux gérer les transparences que le GIF, tout en gardant une apparence bien meilleure. Toutefois, son poids important reste son point faible. Il est principalement employé pour des logos ou des images détourées, pour faire apparaître l’arrière plan d’un site.

Avantages et inconvénients du PNG

InternetImprimerie
AvantagesInconvénientsAvantagesInconvénients
Bonne qualité d'imagePlus lourd que le JPGTransparenceFormat uniquement pour le Web
Gestion des transparencesQualité d'image très détériorée

Deuxième partie : les formats d’images pour l’imprimerie

En imprimerie, au même titre que sur Internet, il existe une multitude de formats différents. Limitons-nous pour l’instant aux formats d’images numériques, nous verrons plus tard les formats papiers.

Les imprimeurs utilisent une définition d’images beaucoup plus grande qu’un écran : de l’ordre de 4 fois plus. Pour rappel, sur Internet, un affichage correct c’est 72 DPI. Ici nous parlons au minimum de 300 dpi.  Ce qui explique en partie pourquoi une image qui apparaît correcte à l’écran peut être de moins bonne qualité une fois imprimée.

Commençons par savoir ce qu’est le DPI ?

Le DPI est une unité de mesure de la résolution utilisée principalement pour les écrans et les imprimantes. En français, on parle de points par pouce (PPP) ou de pixels par pouce. On trouve souvent les termes anglais Dots Per Inch ou DPI, et Pixels Per Inch, ou PPI. Rappelons qu’un pouce (inch) vaut 2,54 cm.
Pour résumer, plus il y a de points par pouce, meilleure est la résolution et plus les détails sont fins.

Quel format utiliser ?

Commençons par le plus connu.

On retrouve le JPG. Son omniprésence, sur le net, sur la plupart des appareils photos numériques, et son faible poids en font un format très utilisé. On peut s’en servir en imprimerie, mais sous certaines conditions : utilisez toujours des images en Haute Définition. Pour faire simple, vérifiez leur poids. Plus de 4Mo c’est l’idéal. Entre 1Mo est 4Mo, c’est exploitable. En dessous de 1Mo… Ne les utilisez pas.

Le PSD (PhotoShop Document)

C’est un format de travail utilisé par Adobe Photoshop. Il n’y a aucune compression d’image et chaque couleur, chaque pixel peuvent être modifiés et corrigés sans altération. C’est un format propriétaire créé par Adobe, mais il peut être modifié par des logiciels tiers, tels que GIMP. Les transparences et les outils de retouche d’images (calques, masques d’écrêtage, modes de fusion, etc.) sont parfaitement gérés, malgré une gestion vectorielle limitée. La plupart des imprimeurs et des graphistes se servent d’une suite Adobe (indesign, Photoshop, illustrator, etc.).  Son défaut : le poids du ficher final très lourd.

Ce format n’est pas affiché par un navigateur Internet.

Le TIFF (Tagged Image File Format)

Très similaire au PSD, à la différence que le TIFF est un format public. Toutefois, si vous vous servez de Photoshop, il est préférable de garder le format PSD pour une meilleure compatibilité avec la suite Adobe.

Ce format n’est pas affiché par un navigateur Internet.

Le AI / EPS (Encapsulated PostScript)

Autres formats issus de la Suite Adobe : le logiciel Illustrator. leur principale fonction est la gestion du format vectoriel. Pour résumer, une image vectorisée garde le même aspect et la même qualité quelle que soit sa taille. On l’utilise principalement pour les logos, les affiches et les travaux de PAO divers. Toutefois, il ne suffit pas d’enregistrer une image matricielle (jpg, psd, tiff, etc.) pour en faire une image vectorielle (c’est un peu plus compliqué). Il s’agit la plupart du temps de graphismes simples. Son poids est souvent très inférieur à une image classique.

Ce format n’est pas affiché par un navigateur Internet.

Le PDF (Portable Document Format)

C’est le format principal d’impression qui peut contenir des images matricielles ou vectorielles, des photos, images noir et blanc, en couleur ou en 3D, du texte, des dessins. Selon des réglages déterminés, le PDF va créer un document unique regroupant tous les éléments réunis dans un fichier de travail (word, psd, ai, indesign, etc.).

  • Dans une version basse définition toutes les images voient leurs qualités réduites et le multi-pages est géré.
  • Dans sa version interactive, on peut insérer des formulaires de saisie, des liens hypertextes, des vidéos ou du son et le multi-pages est géré.
  • Dans une version HD, les images matricielles sont optimisées pour l’impression et le multi-pages est géré (brochures, catalogues, flyers recto-verso).

Toutefois, le PDF n’améliore aucune image. Le PDF peut même la détériorer si elle a été mal enregistrée. Enfin, son gros avantage est, là aussi, son poids final. En effet, son mode de fonctionnement permet de compresser suffisamment les images pour un envoi par mail ou via un site de transfert.

Voici donc un petit lexique des formats numériques les plus courants dans l’imprimerie et le web. Cela vous permet de ne plus faire d’erreur sur les fichiers à utiliser pour votre communication. Pour résumer si vous avez l’habitude du JPG, utilisez-le avec parcimonie. N’utilisez jamais d’image envoyée par internet, par mail, ou par les réseaux sociaux. Dans tous les cas, faites vérifier votre fichier par un graphiste ou un professionnel de l’image. En conclusion, les images les plus lourdes sont toujours les meilleures pour l’imprimerie, les plus légères pour internet. Un bon cuisinier utilise le couteau adapté à sa préparation, servez-vous des bons outils au bon moment et ayez la même rigueur pour vos documents de communication.

2 commentaires

    • Cyril Leclercq Auteur de l’articleRépondre

      Merci pour ton commentaire. Je suis souvent frustré quand un client me demande d’utiliser ses photos sur Facebook ou qu’il m’envoie son logo pixelisé en PNG pour un 4×3. Surtout qu’il ne comprend pas ma mise en garde car sur son écran ça s’affiche bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *