Quel logiciel pour quel support ?

Partager l'article
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Des réalisations de cartes de visite

Un bon ouvrier utilise les bons outils, mais il ne suffit pas d’avoir une bonne scie sauteuse professionnelle pour se prétendre menuisier. Au même titre, avoir Photoshop sur un ordinateur ne fait pas le graphiste. Et non, il ne suffit pas d’appuyer sur un bouton pour que ça se fasse tout seul. Je souhaite partager avec vous les logiciels que j’utilise au quotidien.

Les logiciels du graphiste

Photoshop, l’incontournable !

C’est un logiciel de retouche et de traitement d’images, mais il est très utile aussi pour le dessin et la peinture numérique. Ce logiciel est aujourd’hui incontournable pour les manipulations de photos et d’images matricielles qui sont composées de pixels. Il a été créé en 1990 sur MacOS, puis sur Windows en 1992. Il va alors révolutionner le monde de l’image car son exploitation réduit considérablement les temps de traitements. Il est même possible de créer des images en partant de rien. Aujourd’hui, ce logiciel – qui a son verbe : Photoshoper – est indispensable, et permet à tous les corps de métiers de l’industrie de l’image un contrôle parfait et rapide, avec un coût réduit.

Comment je l’utilise ?

En tant que graphiste, je l’utilise tous les jours pour le traitement de mes images.

  • Les photomontages complexes, la retouche et la recomposition de photos ;
  • La création et la conception de publicités, d’affiches et de flyers ;
  • La création de visuels graphiques en tout genre ;
  • La création et réalisation de peintures numériques ;
  • Les détourages, parfois difficiles ;
  • Le scannage et nettoyage de documents.

Bref, c’est mon couteau suisse. Une solide formation m’a appris à le décoder et en comprendre les mécanismes. Il est certes possible d’apprendre avec un manuel d’apprentissage mais les subtilités sont souvent longues à apprivoiser.

Mon astuce Photoshop :

Il n’est pas recommandé d’agrandir une image. Photoshop fait énormément de choses, mais rarement des miracles. Cependant, ma technique simple pour agrandir une photo au-delà des limites raisonnables (normalement pas plus de 20%) est de créer un script agrandissant la photo de 10% seulement. La création de pixels est moins lourde. On peut ainsi, espérer une augmentation notable sans trop de perte.

Logiciels similaires : PaintShop Pro, Gimp, Affinity Photo…

Projet d’affiche circuit des Ardennes

Illustrator, la machine à logo

C’est assez réducteur pour définir ce logiciel très complexe. C’est, avant tout, un logiciel de création graphique vectorielle. Ces images ne perdent pas en qualité lorsqu’on les agrandit. L’outil plume et les courbes de Bézier sont sa force. Cela permet la création de courbes parfaites permettant aussi bien la conception de documents d’impression (affiches, flyers, diptyques, etc.), d’illustrations (logos, dessins, illustrations, etc.), que de fichiers Internet (icônes, graphiques, bannières, etc.). Créé par Adobe en 1985, Illustrator prend son essor en 1996 grâce à la version 6. Depuis, sa puissance et sa rapidité sont appréciées des utilisateurs. Il me donne satisfaction dès qu’il s’agit de créations vectorielles élaborées. Cependant, il s’agit de maîtriser des bases essentielles car, sa complexité peut engendrer beaucoup de frustration.

Comment je l’utilise ?

  • Pour la création de logos essentiellement ;
  • La mise en page simple d’un flyer ou d’un dépliant ;
  • La création d’éléments 3D simples ;
  • Les illustrations graphiques.

Mon astuce Illustrator

Soyez très attentif lors de la création des dégradés, notamment ceux allant du noir vers une autre couleur. Prenons l’exemple d’une couleur rouge vers le noir, il faut choisir un noir avec une base de la couleur dominante (ici le rouge). Ainsi la transition est plus harmonieuse. Cliquez ici pour voir ma vidéo pour réaliser un dégradé parfait.

Logiciels similaires : Affinity Designer, Inkscape, Sketch…

Indesign, créateur de magazine

Après photoshop, c’est le logiciel le plus utilisé de ma bibliothèque. Indesign est un logiciel de PAO (publication assistée par ordinateur) créé par Adobe. Je m’en sers pour la mise en page de brochures ou de magazines comme Évasions 08, mais aussi pour la composition d’affiches ou de flyers. À l’origine, Indesign est adapté pour la conception de documents imprimés mais je l’utilise également pour la création de “e-books” et de publications numériques. Sorti en 1999 pour succéder à PageMaker suite au succès indéniable de QuarkXpress, Indesign a pris son envol à partir de la version CS2. Ce logiciel complet mérite un apprentissage très pointu car il peut donner du fil à retordre. Je l’utilise essentiellement pour des travaux d’impression, donc la moindre erreur est irréversible. Il est toutefois très agréable à l’utilisation pour la simplicité de ses outils vectoriels.

Comment je l’utilise ?

  • Pour la création de magazines et de brochures ;
  • Pour la conception complexe de flyers et dépliants ;
  • Pour la réalisation et la mise en page de e-books et de publications numériques ;
  • Pour la mise en forme créative de tableaux Excel.

Mon astuce Indesign

Le GREP et la fonction “Rechercher et Remplacer” d’Indesign : cet outil très complet permet de rechercher tous types de caractères, de phrases, de graphiques, etc. et de les remplacer facilement. Je vous donne ma suite GREP pour modifier tous les espaces entre les ponctuations doubles et les remplacer par une* espace insécable : Rechercher : (?<=\w)(( | )*?)([?!;:]) Remplacer par : $3

* Le mot espace est féminin en typographie.

Mes autres logiciels de graphiste

Cinema 4D : pour toutes les réalisations 3D. Ce logiciel a pour but de créer et de modéliser des objets en 3 dimensions. Il est possible de réaliser des animations, des films ou simplement une mise en scène photo-réaliste.

Final Cut Pro : le logiciel de montage vidéo phare d’Apple. Très facile d’accès, il permet un montage professionnel sans limite. Son interface intuitive et simplifiée est une bénédiction pour les amateurs tout en apportant aux experts des outils plus poussés.

Motion : une alternative intéressante à After Effect. C’est un logiciel de compositing et de titrage élaboré créé par Apple.

Pour conclure

Ceci est un bref aperçu des logiciels professionnels que je maîtrise au quotidien et qui me permettent de rendre un travail qualitatif. Ceci dit, j’ai acquis ces connaissances en plus de 10 ans. Mon expérience me donne toute faculté à tirer tout le potentiel de ces outils. Même s’ils sont à la portée de tous, il faut toutefois faire extrêmement attention car, avec ces logiciels très complexes, il est facile de cocher une option ou d’utiliser un outil qui affecte négativement l’ensemble d’un projet.
Sans connaissance solide, il est très difficile de récupérer les erreurs commises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *